AccueilMon engagement politique 22 Mai 2019

Notre société est en mutation. Le vent de l'histoire emporte nos logiques et nos repères traditionnels.
La chute du mur de Berlin le 10 novembre 1989, l'érosion des religions historiques, l'agressivité et la montée des intégrismes, le choc terroriste du 11 septembre 2001, les exclus dans nos sociétés, l'insécurité dans nos cités… créent un état d'incertitude, voire de confusion, relaté quotidiennement par la télévision et la presse écrite.
Faire des promesses électorales pour un avenir incertain relève d'une certaine démagogie.
Pour accompagner positivement cette mutation, faire rêver d'une société plus solidaire, donner des projets et des ambitions à toutes les générations, il importe de réfléchir, de raisonner autrement sur la base de principes directeurs, de valeurs.


Mes valeurs :

En quelques lignes je vais vous présenter ma ligne de vie, mon credo, mon éthique, mes valeurs.

  1. ETRE PROCHE DES AUTRES, les accompagner dans la vie de tous les jours, être à l'écoute de leurs soucis, de leurs souhaits, de leurs projets, voir leurs problèmes, ressentir leur vécu.

  2. PARLER VRAI, affirmer clairement les choses.
    Dire ce que je fais et faire ce que je dis.
    Avoir pour mes concitoyens le même langage que pour moi-même.
  3. ETRE UN HOMME LIBRE, sans préjugés, loin des idéologies de droite ou de gauche, en accord avec ma conscience. Je place l'homme, son équilibre, son épanouissement, sa vie sociale et son environnement écologique au centre de ma réflexion.
    Politiquement je suis indépendant. Je me situe au centre.

  4. PORTEUR DE PROJETS : Notre société a des problèmes. Ceux qui ont la chance d'être des élus se doivent de créer le dialogue, de saisir les idées créatrices, de les porter, de les transmettre, de les faire partager, de les transformer en projets porteurs d'actions et de contribuer ainsi à trouver les meilleures solutions.

  5. LA FORCE DE LA DEMOCRATIE est d'être le meilleur système politique pour permettre l'épanouissement, le bonheur, le progrès pour le plus grand nombre de nos concitoyens.
    Tout système dépend surtout des qualités humaines de ses gouvernants.
    Notre démocratie fonctionne actuellement avec des partis politiques qui freinent le renouvellement des candidats.
    Néanmoins chaque génération a sa chance : il faut oser et y aller à la hussarde !

  6. ALSACIEN ET FRANÇAIS ET EUROPEEN : Je revendique mon identité alsacienne, locale, culturelle et linguistique avec notre patrimoine historique propre.
    J'affirme mon identité française, celle d'un état déconcentré réunissant et respectant ses propres peuples (alsacien, antillais, basque, breton, corse, flamand, mauricien, occitan, savoyard, réunionnais…).
    Je rêve de l'identité européenne : par-delà l'image des bureaucrates, des traités, des sommets il y a l'ouverture sur un vaste espace de liberté, de démocratie, d'humanisme, de droits de l'homme, de paix, d'échanges…

  7. LES REGLES DE LA VIE EN SOCIETE : Nous avons tous les mêmes droits... mais aussi les mêmes devoirs : respect des autres, du bien collectif, de l'environnement.
    L'insécurité actuelle est du venin pour notre démocratie. L'ordre doit exister dans une démocratie et pas seulement dans une dictature. Nous nous devons d'apporter des moyens humains, matériels et financiers aux gendarmes, aux policiers, à la justice et au système pénitentiaire.
    Les zones de non-droit sont inacceptables : nous devons tous contribuer à les régulariser rapidement.
    Vive le volontariat de nos sapeurs pompiers et leur reconnaissance officielle !
    Vive le bénévolat dans nos associations sportives, culturelles, caritatives, qui favorisent le lien social dans nos communes et assurent souvent l'encadrement de nos jeunes !
    Vive le travail : C'est notre deuxième richesse -après la santé-, il permet l'épanouissement personnel : favoriser l'emploi est une priorité, tout comme promouvoir le travail de proximité pour réduire le trajet domicile/travail, source de pollution et de perte de temps.

  8. NOTRE ENVIRONNEMENT : Ne laissons pas mourir notre planète ! Sauvons nos nappes phréatiques et nos cours d'eau de leur pollution! C'est une priorité absolue.
    Modifions notre mode de vie frénétique de consommation, de gaspillage qui engendre tant de nuisances et de spoliation des pays du tiers monde!
    Vivons plus simplement pour que simplement nos enfants puissent vivre.

  9. LES RELIGIONS ET LA SPIRITUALITE : A chacun sa route, ses pensées, sa philosophie, sa culture, sa religion, son approche du sens de la Vie.
    Un état doit être laïque, tolérant, respectueux de toutes les cultures et de toutes les religions. Il doit veiller à leur coexistence harmonieuse et si nécessaire neutraliser les fanatismes dangereux et criminels.
    Notre société a besoin de vrai spiritualité pour transformer l'actuel credo " business is business " en commerce plus équitable, avec une conscience collective et planétaire.

  10. AVEC DU COEUR : Etre humaniste, aider et savoir donner aux nécessiteux, être capable d'être positif, être capable d'aimer, de faire le premier pas, d'avancer avec bonne volonté.


Mon parcours :

Se juger soi-même est prétentieux ; il vaut mieux recopier le texte du Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (édition 2006).

SIMLER Gérard,
conseiller générale, (C) (né à Colmar le 2.2.1952). Fils d'Oscar S. et de Jeanne S., agriculteurs à Schwobsheim. Marié le 25.6.1977 à Orschwiller Angèle Christen ; 3 enfants. Ecole primaire de Schwobsheim. Etudes secondaires au petit séminaire de Walbourg et au lycée Koeberlé de Sélestat. Faculté de Médecine de Strasbourg à partir de 1971. Interne à l'hôpital de Sélestat (1975-1979) puis médecin généraliste à Marckolsheim. A présidé le G.E.F. (Groupement des professionnels de santé du canton de Marckolsheim) créé en 1990. Président de la Formation médicale continue du Centre Alsace de 1998 à 2001. Elu conseiller municipal de Marckolsheim dans l'équipe de Léon Siegel en 1998 ; réélu le 11.3.2001. Gérard S. s'est présenté aux élections cantonales de mars 2001 après la décision du conseiller général Louis Rudloff de plus se présenter. Marckolsheim et les communes méridionales du canton lui ont permis d'arriver en deuxième position lors du premier tour électoral derrière le candidat UDF. Bénéficiant d'un certain report de voix que le candidat socialiste avait obtenu précédemment, il a été élu au second tour d'une élection triangulaire. Il s'est affirmé candidat indépendant des partis politiques face à ses adversaires UDF et FN. Au mois de juin 2002, il a présenté sa candidature dans la 5ième circonscription du Bas-Rhin (cantons de Sélestat, Marckolsheim, Benfeld, Barr, Obernai) lors des élections législatives. L'investiture UDF lui étant refusée, il s'est présenté sous l'étiquette DVD (Divers Droites). Antoine Herth a été élu lors du second tour, le 16 juin. Le ralliement d'élus UDF à l'UMP a permis à Roland Brendlé et à Gérard Simler de reconstituer un nouveau groupe UDF à partir de l'automne 2002. Le nom de Gérard Simler a figuré en deuxième position sur la liste "Dynamique Centriste" aux élections sénatoriales partielles du 20.2.2005 derrière Alice Morel. Candidat à la présidence de l'UDF du Bas-Rhin, il a été suspendu de l'appartenance à l'UDF le 11.2.2005. Il a rejoint au Conseil général le groupe majoritaire comme apparenté. Son désaccord avec des dirigeants de l'UDF, en particulier Germain Gengenwin, remonte à l'époque de sa candidature aux élections législatives de 2001.

DN des Lundi 12, 19.3.2001 et 10.6.2002 ; Als. des 19.3.2001 et 10.6.2002 ; DNA des 21.3.2001, 28.5, 10.6.2002, 11, 12, 14.2 et 4.12.2005 ; Conseil général du Bas-Rhin, Membres, instances et représentation du Conseil général, n° 27, juin 2001.

Jean-Pierre Kintz

Il est vrai que, Centriste de Coeur, je n'ai pas eu de chance avec l'UDF : investiture UDF refusée aux cantonales de 2001, investiture UDF refusée aux législatives de 2002 ; candidat à la présidence de l'UDF du Bas-Rhin mais suspendu de l'appartenance UDF le 11.2.2005 !
Une consolation : avec Roland Brendlé nous aurons quand-même porté seuls l'UDF à l'Assemblée départementale pendant 2 ans et demi... mais c'est la vie : çà ne marche pas à tous les coups !